Sujets corrigés des concours à télécharger en pdf!

COMMUNICATION NON VERBALE


I LES TERRITOIRES 


On distingue 3 niveaux de territoires :
- le territoire Tribal [la France, l'entreprise, le service, ...],
- le territoire Familial [la maison, le jardin], - le territoire Personnel [le bureau, la chambre, le lit, le véhicule, ...]. Comme la majorité des animaux, nous marquons notre territoire, nous le balisons, à la maison, dans les lieux publics, au restaurant (ex. : en déplaçant le verre, les couverts, ...). La relation est donc fortement dépendante du territoire. Tout changement influera sur l'interaction. En fonction des stratégies développées : confrontation, coopération, complicité..., la place occupée autour d'une table va varier (face à face, à côté, ...).


II LA DISTANCE INDIVIDUELLE [PROXÉMIE] 


Nos gestes, nos postures, nos comportements, nos mouvements délimitent la place de notre corps dans l'espace. Nous véhiculons notre espace vital que nous délimitons aux yeux des autres. Dans notre culture on peut définir plusieurs zones distinctes :

- La zone intime 
- C'est la distance de l'avant-bras. Le contact physique y est possible.
L'intrusion dans cet espace déclenche un sentiment d'insécurité et de gêne (ascenseur - métro).

- La zone personnelle 
- C'est la distance d'un bras tendu quand deux personnes se rencontrent dans la rue, elles s'arrêtent ordinairement à cette distance pour bavarder.

- La zone sociale 
- [1,20 m à 2,40] ou deux zones personnelles.
Elle permet une communication verbale sans contact physique (ex. : guichets).
- La zone publique rapprochée - [jusqu'à environ 8 m] permet une information publique destinée à être entendue par un ensemble limité de personnes.

- La zone publique lointaine - [+ de 8 m]. 
C'est la distance pour un discours dans une réunion publique, celle du comédien sur la scène de théâtre.
Ici l'interlocuteur est spectateur, récepteur passif.

Ces distances d'interaction varient suivant le contenu du message mais aussi suivant les individus, le niveau de relations et les cultures.
La compréhension et l'apprentissage de ces rapports déterminent donc en partie le succès ou les difficultés de la communication.
Tout espace s'organise avec un dedans, un dehors. Il possède un centre, une frontière, une limite, des zones privées, des zones publiques.

L'occupation de l'espace n'est donc jamais accidentelle. Selon la culture, le milieu et les relations hiérarchiques, les distances varient, les zones se rétrécissent ou s'étendent. La façon de pénétrer dans le territoire d'autrui indique le rapport qui unit deux personnes [supérieur - subordonné].
Dans la relation avec les autres, par une meilleure communication, il est intéressant de bien percevoir :

  •  Quelle zone préférentielle utilise l'autre ? 
  •  La cohérence entre la zone et ce qui est dit ? 
  •  A quel moment il y a un changement de zone ? 


III LES POSTURES 

A des attitudes mises en oeuvre correspondent des comportements corporels types : les postures


Les postures 

  •  L'expansion 
  •  La contraction 
  •  L'approche 
  •  Le rejet


Les attitudes 

  •  La domination 
  •  La soumission 
  •  L'action 
  •  Le recul 
  •  La fuite 


Chaque posture globale est caractérisée par des postures partielles :

 L'expansion : La tête, le tronc et les épaules sont en extension, les bras sont ouverts.

La contraction : Tête fléchie, coudes au corps, épaules tombantes, dos voûté, position symétrique des bras, des jambes et des pieds...

L'approche : Inclinaison en avant, cou tendu, bras en avant, pied en avant.

Le rejet : Corps de profil en recul, épaules hautes, tête détournée en recul.

Une posture partielle qui n'est pas à sa place dans une posture globale ou qui est en contradiction par rapport à l'ensemble des autres postures partielle (ex. : coudes collés au buste alors que le reste du corps est en expansion) est appelée grimace.

* Le décodage des postures globales, des postures partielles, des grimaces, permet de repérer les attitudes dominantes dans une interaction.

* Un individu va pour différents rôles utiliser différentes postures en fonction de la situation et du milieu.

* Entre deux ou plusieurs sujets les postures peuvent prendre les positions suivantes :
- inclusives (ex. : le cercle de collègues près de la machine à café), ou non inclusives (le même cercle par rapport à une personne extérieure),
- en vis-à-vis (face à face) ou en parallèle (côte à côte),
- en congruence (posture en écho ou miroir) ou en non congruence (posture en dissociation).

* Le degré d'intimité entre deux sujets peut se déterminer à partir de cinq paramètres :
- toucher,
- distance,
- inclinaison,
- contact visuel,
- orientation.

IV LES GESTES 

1/ GÉNÉRALITÉS : 
Notre gestuelle améliore ou restreint notre capacité de communication.

Les gestes négatifs : Ils rendent difficile le passage du message.
-Gestes parasites. Ils sont à côté du message.

Ils marquent l'émotion, la peur, l'anxiété, la fatigue, l'agressivité...

-Gestes barrières. 
C'est généralement une frontière derrière laquelle l'individu s'abrite ou se met sur la réserve.

-Gestes répétitifs. Ils deviennent des tics et ils perturbent le message, le ridiculisent.

-Gestes introvertis. Ils vont vers soi. Ils ne cherchent pas à convaincre l'autre mais à se persuader soi-même.
Les gestes positifs : Ils améliorent, soulignent, renforcent le message.

-Gestes extravertis. Ils vont vers les autres, sans être agressifs. Ils cherchent le contact.

-Gestes ouverts. Ils s'offrent à l'échange à la discussion.

-Gestes ronds. Rassurent, témoignent de la douceur.

-Gestes précis. Fermeté de la pensée, sûreté.
Ils affirment le message.
En général le geste haut est un geste fort.

2/ LES CATÉGORIES DE GESTES : 
Il existe deux catégories de gestes, ceux qui accompagnent l'expression verbale et qui ne doivent pas être décodés seuls, et ceux qui existent en dehors de la verbalisation. Les premiers peuvent être classés de la façon suivante : Les gestes illustrateurs :

- Quantitatifs (ou quantifiants).
Ils indiquent des dimensions, des grandeurs.

- Pointeurs. Ils montrent du doigt, comptent.

- Idéographes. 
Ils décrivent dans l'air des concepts, des symboles et des abstractions (un cercle = une entité, ...).

- Kinétographes. Le corps entier est en mouvement, il vit les mots.

- Pictographes. Ils dessinent les objets dans l'espace. Les gestes rythmiques :

- De ponctuation (ou de scansion).
Il régulent le rythme de notre propre verbalisation. S'ils sont fréquemment répétés, ils deviennent lassants ; cette uniformité nuit à l'écoute, c'est un "bruit kinésique".

- Régulateurs. Ils caractérisent l'écoute, ils accompagnent la verbalisation de l'autre (ex. : hocher la tête pour approuver, ...). Les gestes adaptateurs :

- self-adaptateurs (gestes d'autocontact), - adaptateurs objets (manipulation),

- hétéro-adaptateurs (toucher l'autre).

3/ L'AMPLITUDE DU GESTE : 
"Le coude est l'âme du geste", son déplacement permet l'amplitude et la variété. Il convient de bien étalonner les gestes que nous faisons. Cet étalonnage doit se faire sur les paramètres suivants :

- La dimension : un geste large sera mieux perçu. La dimension sera fonction de la distance qui sépare l'orateur de son public.

- Le contraste : des gestes identiques, de même intensité, de même dimension finiront par lasser, en donnant une impression de monotonie. Pour faire ressortir les expressions les unes par rapport aux autres, les gestes doivent être différenciés.

- La hauteur : d'une manière générale, les gestes qui montent génèrent une connotation positive.
Ils montrent des sentiments de joie, d'ouverture, de volonté, d'optimisme, de combativité, ... Par contre, les gestes "en bas" sont connotés négativement : ils caractérisent des sentiments de faiblesse, de refus, de doute, de tristesse, de lassitude, de soumission, ...

- L'extériorisation : les gestes ne doivent pas être retenus ; ils traduisent mieux la sincérité, la volonté de communiquer s'ils sont francs et non bloqués ; ils doivent aller vers l'autre sans toutefois paraître agressifs. D'une manière générale, il faut aller au bout du geste.

4/ LE CONTRÔLE DES GESTES : 
- les gestes autonomes, ils ne sont pas maîtrisables (ex. : rougeurs, tremblements, ...) ;
- les mouvements de pieds et de jambes, ils sont très difficilement contrôlables, notamment en position assise (les jambes et les pieds sont considérés comme la partie la plus sincère du corps) ;
- les mouvements du buste, ils traduisent les comportements instinctifs d'approche et d'évitement, difficiles à contenir (ex. : avancées, reculs, "haut-le-corps", ...) ;
- les gestes non codés, ils sont perçus comme plus involontaires (ex. : un geste non terminé traduisant l'erreur
- le lapsus gestuel
-, l'hésitation, la non-conviction, ...) ;
- les mouvements des mains et des bras, ils sont facilement maîtrisables après entraînement ;
- les expressions du visage, elles se contrôlent aisément tant que les émotions ressenties n'atteignent pas une trop forte intensité.


V LE VISAGE ET LES MIMIQUES 

Les mimiques peuvent être considérées comme les gestes du visage, elles accompagnent ou non la verbalisation. Elles peuvent être autonomes traduisant alors les états affectifs ressentis.
Les six émotions principales du visage sont :

  •  la joie, 
  •  la surprise, 
  •  le dégoût, 
  •  la tristesse, 
  •  la peur, 
  •  la colère.

 A ces émotions correspondent des mouvements particuliers des yeux, des sourcils, des paupières, du front, des joues, de la bouche, des narines et du menton. ex. : les yeux s'écarquillent de surprise, les sourcils se froncent dans la colère, les lèvres se pincent dans le dégoût, etc.
Une zone est particulièrement expressive : la bouche.
Elle s'ouvre d'étonnement, se ferme dans la froideur.
Les lèvres se pincent ou s'élèvent en arrière, le sourire peut être large ou ironique, symétrique ou non. La tristesse ou le dégoût font descendre les commissures vers le bas.
Autant d'informations sur les sentiments qui nous habitent.

VI LE REGARD 


1/ L'IMPORTANCE DU REGARD DANS LA COMMUNICATION : 
Par le regard, toutes les expressions, toutes les volontés, tous les sentiments peuvent être transmis.
Le regard peut être synonyme de :

partage, il traduit la complicité (dans l'intimité par exemple), il est la preuve de l'attention que l'on porte à quelqu'un ;
agression, il peut être violent ("fusiller du regard") ou investigateur, voire violeur, en proxémie rapprochée notamment ("fouiller dans les yeux", pour pénétrer dans l'intimité de l'autre) ;

domination, il affirme l'autorité et requiert la soumission ("regarder de haut") ; le statut s'exprime souvent par le regard. Dans l'interaction, le regard peut être fuyant ("regarder ailleurs") ; les explications sont multiples :

la réflexion, est favorisée par le déplacement du regard hors du champ de la relation directe ;

- la recherche de mots, d'idées est facilitée en regardant, par exemple, le plafond ou ses pieds ;

le besoin de prendre des distances, par rapport aux idées développées sera satisfait par un regard vers un autre lieu ;

la nécessité de s'isoler, pour reprendre des forces psychiques par exemple, conduira à fixer son regard sur un point virtuel.

2/ L'UTILISATION DU REGARD : 
Le contact visuel est fondamental. Il permet :

  • de maintenir en éveil l'attention de l'auditoire, 
  • d'être présent aux autres, 
  • de percevoir les réactions du public. 


Lors d'une prise de parole en public, il faut regarder tout le monde, en évitant les écueils suivants :

  • balayer mécaniquement du regard, sans jamais se fixer sur les personnes ; 
  • livrer le discours morceau par morceau, en regardant certaines personnes pour les débuts de phrases et d'autres pour les fins de phrases ; 
  • regarder une partie de l'auditoire plus souvent et plus longtemps que l'autre (attention au côté préférentiel que possède chacun de nous) ; 
  •  rester les yeux plongés dans ses notes.