Sujets corrigés des concours à télécharger en pdf!

QCM Spécialité : Espaces naturels, espaces verts. Installation sportive. Concours de Technicien, d’Agent de maîtrise, d’Adjoint technique.

Questions tirés des annales du concours


Question 1 – L’emploi des produits phytosanitaires est une activité à haut risque. Les gestes à respecter ou à proscrire:
1- Une protection de l’applicateur avec des équipements de protection collective adaptés en fonction des indications figurant sur l’étiquette et sur la fiche de données de sécurité.
2 - Choisir et vérifier l’arrosoir notamment la buse en fonction du produit utilisé, régler la pression, utiliser un cache herbicide pour les traitements localisés.
3- Evaluer approximativement la dose préconisée de préparation commerciale à insérer dans un arrosoir.
4- Choisir le pulvérisateur adapté aux surfaces à traiter. L’évolution de la technique permet à l’utilisateur d’être moins en contact avec le produit notamment lors de la préparation de la bouillie.
5- Utiliser éventuellement une brosse à dent en cas de buse bouchée. Souffler avec la bouche.

Question 2 – La tondeuse auto portée. Le conducteur doit s’attacher à respecter certains principes :
1- Une autorisation de conduite délivrée par la collectivité n’est pas nécessaire dès lors que l’utilisateur à un permis de conduire adaptée.
2- Compte tenu de la spécificité de ce type de tondeuse (grande capacité d’absorption) il n’est pas nécessaire (avantage de ce type de matériel), d’enlever les objets tels, sacs plastiques, pierres… ou de repérer les accidents de terrain.
3- Installer une signalisation temporaire de chantier n’est pas obligatoire pour ce type de matériel (assimilé à un véhicule de route) si les travaux sont situés en bordure du domaine publique.
4- Il n’est pas possible de vérifier l’état d’usure et l’équilibre de la lame et les dispositifs de sécurité par l’utilisateur (à réaliser exclusivement par un spécialiste de ce type de matériel)…
5- En cas de bourrage, il est indispensable de débrayer la lame, d’arrêter le moteur, de débrancher la bougie et d’utiliser un bâton pour débourrer.

Question 3 – Pour réduire l’emploi de produits phytosanitaires et des engrais chimiques on utilise des techniques alternatives rationnelles destinées à limiter des interventions répétées ou fréquentes Ci-dessous des propositions :
1- Le désherbage chimique.
2- Ne pas arroser abondamment les végétaux et éviter l’ensoleillement afin de limiter la pousse de mauvaises herbes.
3- Gratter ou retourner régulièrement la terre et arroser abondamment une terre que l’on sait infestée par des mauvaises herbes afin de faire pourrir la racine.
4- L’emploi de substituts ou de substrats
5- L’apport de pesticides naturels notamment le Poncho-maîs…

Question 4 – Utilisation d’une débroussailleuse. Les précautions à prendre par l’utilisateur dans le périmètre d’intervention.
1- Autour de l'aire de travail, assurer une protection d’un rayon de 15 m au minimum autour de l'utilisateur. Se déplacer parallèlement à la pente sur un terrain accidenté.
2- Autour de l'aire de travail, assurer une protection d’un rayon de 5 m au minimum autour de l'utilisateur. Se déplacer perpendiculairement à la pente sur un terrain accidenté.
3- Autour de l'aire de travail, assurer une protection d’un rayon de 10 m au minimum autour de l'utilisateur. Se déplacer parallèlement à la pente sur un terrain accidenté.
4- Autour de l'aire de travail, assurer une protection d’un rayon de 5 m au minimum autour de l'utilisateur. Se déplacer parallèlement à la pente sur un terrain accidenté.
5- Autour de l'aire de travail, assurer un périmètre de protection de rayon de 10 m au minimum autour de l'utilisateur. Se déplacer perpendiculairement à la pente sur un terrain accidenté.

Question 5 – Les locaux d’entreposage du matériel. Prévention des risques liés aux opérations de chargement et de déchargement
1- Le document ayant pour objet de prévenir des risques liés aux opérations de chargement et de déchargement s’appelle : Le certificat d’aptitude à la conduite en sécurité.
2- En terme de prévention pour les opérations de livraison, le destinataire des marchandises doit fournir des informations sur les modalités d’entreposage, la surface des locaux, les moyens de sécurité de l’établissement afin de préparer le conditionnement
3- Dans le cadre de la prévention des opérations de chargement et de déchargement, le fournisseur doit fournir entre autres des informations sur les caractéristiques du véhicule, les aménagements et les équipements.
4- Le document ayant pour objet de prévenir des risques liés aux opérations de chargement et de déchargement s’appelle : le registre de sécurité.
5- Le document ayant pour objet de prévenir des risques liés aux opérations de chargement et de déchargement doit être à la disposition des CHSCT et de l’inspection du travail des entreprises concernées (expéditeur, transporteur, destinataire)

Question 6. Qu’est ce que « bassiner » pour un professionnel en espaces verts ou espaces naturels ?
1- Mettre une plante dans un bassin afin qu’elle soit en permanence dans l’eau
2- Arroser via un déplacement de l’eau dans le sol, de bas en haut, par le biais de petites cavités contiguës
3- Canaliser un cours d’eau
4- Arroser en pluie fine le feuillage d’une plante

Question 7. Qu’est ce qu’une « espèce ligneuse » pour un professionnel en espaces vertsou espaces naturels ?
1- Une espèce composée d’arbustes, à savoir des plantes plus petites qu’un arbre mais présentant un tronc principal
2- Des espèces composées de buissons, qui sont des touffes d’arbrisseaux sauvages et rameux ou encore des taillis d’arbres de trois à quatre mètres
3- Un groupe d’individus végétaux ayant un aspect semblable, un habitat particulier, féconds entre eux mais stériles à l’égard d’individus d’autres espèces
4- Une espèce dont les individus sont de la nature du bois (par opposition aux espèces herbacées)

Question 8. Qu’est ce qu’un «talutage » pour un professionnel en espaces verts ou espaces naturels ?
1- Une technique consistant à donner naissance à une ou plusieurs pousses issues de la partie souterraine ou du collet des racines chez les graminées
2- Une technique consistant en une rangée de pieux verticaux derrière lesquels peuvent être placés horizontalement des planches, des troncs et/ou des rondins
3- Une action de mettre en place des végétaux herbacés ou ligneux dans un but de reverdir un talus
4- Une action de donner un fruit accentué en parlant d’un talus ou d’une berge, ou d’aplanir leur surface

Question 9. Qu’est ce qu’ « un plan de situation » ?
1- Un plan général établi par un architecte de la situation d’un immeuble
2- Un dessin exécuté au 1/250 ou au 1500 précisant la position d’un immeuble sur une parcelle
3- Les dessins d’ensemble d’un projet de construction
4- Un dessin à petite échelle localisant une parcelle sur la commune ou une agglomération

Question 10. Une plante grasse est :
1- Une plante avec une réserve d’eau en permanence.
2- Une plante qui pousse à l’abri de la lumière.
3- Une plante classée dans la catégorie des savonniers, des trembles ou des sureaux
4- Une plante aux feuilles épaisses et charnues